Accueil

Pour les signatures du livre cliquez ici

« J’étais grand comme ça, quand j’ai vu mon premier homme blanc… Nous pensions que c’était des esprits, qu’ils s’étaient perdus et qu’ils allaient repartir… »

Balang Jangawanga avait environ 14 ans quand il rencontra des blancs pour la première fois.

C’était après-guerre, dans l’est du Territoire du Nord de l’Australie. Sa famille habitait à l’intérieur des terres et si l’existence des blancs y était connue, la colonisation de cette partie de la terre d’Arnhem se fit plus tardivement. Les blancs revinrent, bien évidemment, et le mode de vie de Balang et des siens changea radicalement.

En 1988 François Giner emprunta la piste qui relie Katherine à la côte est, en direction du centre de la terre d’Arnhem. Il y rencontra Balang et sa famille, source d’une profonde amitié qui dura 24 ans.

Un jour Djoli, un des hommes les plus influents de la région, décida qu’il inviterait François à participer aux cérémonies aborigènes. Celui-ci qui jusqu’ici avait toujours gardé le silence sur ces événements, en dévoile une partie aujourd’hui, pour des raisons qu’il nous explique dans cet ouvrage.
Comprendre la situation des aborigènes d’Australie n’est pas simple, tant ils font l’objet de clichés contrastés.

Leur culture millénaire popularisée par la peinture pointilliste de la région du désert central fait pour certains l’objet de tous les fantasmes. Pour d’autres, c’est la vision de populations alcoolisées, vivant de minimas sociaux, des ombres croisées au détour d’un centre commercial, d’une esplanade ou d’une route qui reste imprégné dans les mémoires.

Ce livre voudrait revenir sur le passé très ancien de ces sociétés, puis sur leur histoire récente pour corriger ou affiner ces regards. En s’approchant de ces hommes, en marchant sur leurs terres, en écoutant leurs histoires, leurs chants et leurs danses, en lisant dans leurs peintures… En les entendant enfin !

Mai 2010 Conversation entre François et Balang Jangawanga
Balang Jangawanga Tu m’as raconté votre histoire, nous venons du même endroit, c’est ça ?
Francois Oui Balang, il y a très longtemps.
Balang Alors je comprend, vous vous êtes perdu en chemin, vous avez perdu vos terres, perdu vos rêves, perdu vos repères.
Francois C’est un peu ça Balang, mais en plus on a voulu conquérir, accumuler, posséder, règner et et pour finir detruire.
Balang Je ne comprend pas tes mots, on n a pas besoin de tous ces mots, juste de respecter le Marporro, la Terre qui est notre grande famille.

Les Auteurs

LES AUTEURS

François Giner a 29 ans en 1974 lorsqu’il débarque pour la première fois en Australie, après avoir bourlingué à travers l’Afrique, l’Asie et les Iles du Pacifique. Pendant quatorze ans il va sillonner les pistes Australiennes jusqu’à ce que son Toyota l’amène au cœur des Territoires du Nord, en Terre d’Arnhem.

En 1988, il rencontre la communauté des Ngklabon et se lie d’amitié avec George Jangawanga, un homme important qui lui permettra de s’installer sur leurs terres, puis lui donnera un nom aborigène : Balang qui fera de lui son frère. Il y restera jusqu’à la mort de son ami en 2010. Cette aventure humaine a fait l’objet d’un livre : « En Terre aborigène Rencontre avec un monde ancien » publié chez Albin Michel en 2007.

Bruno Cabanis est photographe, auteur de plusieurs livres sur Paris avec Sybil Canac aux éditions Massin: Boutiques anciennes de Paris, Passages couverts de Paris, Paris métro histoire et design , et deux ouvrages dédiés à des métiers d’art : Horlogerie Française, les artisans du temps et Sculpteurs de BD, dans l’atelier des sculpteurs de figurines aux éditions Eyrolles. Il rencontre François Giner en 2002 lors d’un voyage en Australie et restera en contact avec lui au travers de la fondation que ce dernier a créé pour aider ses amis aborigènes. C’est en 2007, après la sortie du livre de François que qu’il lui proposera l’idée d’un beau livre photo, dont la réalisation débutera à l’été 2008.

Contact

si vous souhaitez acheter le livre, cliquez directement sur ce lien, pour d’autres sujets, utilisez le formulaire ci dessous